Une politique spécifique en Gironde

a2_une-politique-specifique

UNE POLITIQUE SPECIFIQUE EN GIRONDE

a2_une-politique-specifique-11-dptsLa Gironde fait partie des 11 départements sur lesquels la protection du vison d’Europe (Mustela lutreola) implique une politique spécifique visant la restauration de l’espèce.  (voir carte ci-contre et AM du 2 septembre 2016). Ce territoire est concerné par des mesures de protection du vison d’Europe en relation avec la restriction d’utilisation des catégories de pièges tuants. La destruction à tir du Vison d’Amérique (Neovison vison) y est interdite, afin d’éviter une destruction à tir accidentelle de vison d’Europe en cas de confusion entre les deux espèces.

Aux abords des cours d’eaux et bras morts, marais, canaux, plans d’eaux et étangs, jusqu’à la distance de 200 mètres de la rive, l’usage des pièges de catégories 2 et 5 est strictement interdit.

Tous les pièges doivent être visités tous les matins, au plus tard à midi, par le piégeur ou un préposé désigné par lui et à cet effet. Pour les pièges des catégories 3 et 4 de l'article 2 ci-dessus, cette visite doit intervenir au plus tard dans les deux heures qui suivent le lever du soleil.

En outre, des dispositions complémentaires sont imposées pour l’utilisation de cages-pièges dans la zone des 200m de la rive des cours d’eau bras morts marais plans d’eau..., d’avril à juillet inclus, qui doivent comporter (à l’exclusion des cages à corvidés) une "trappe à vison" (ou "gaboulette"). Cette trappe doit en effet être ouverte sur les cages pièges concernées dans cette zone des "200m" -et- durant cette période, pour permettre l’évasion de la femelle vison d’Europe en phase de gestation ou d’allaitement de sa portée. Ce dispositif consiste en une ouverture, carrée de cinq centimètres par cinq centimètres ou circulaire de cinq centimètres de diamètre, qui est obturée les autres mois de l’année. Pour les cages-pièges équipées de ce dispositif produites après le 1er juillet 2013, l’ouverture est positionnée sur la partie supérieure de la cage-piège, et ne présente aucune aspérité vulnérante pour les espèces piégées (voir photo ci-contre)

a2_une-politique-specifique-geotrappeurPar dérogation et sur autorisation individuelle délivrée par le préfet, les cages-pièges de catégorie 1, lorsqu’elles ne sont pas équipées de « gaboulette » mentionnée précédemment, sont équipées du dispositif de contrôle à distance, tel qu'une balise électronique, lui permettant de l’alerter dans le cas du déclenchement du piège. (voir photos ci-contre) Dans ce cas, la visite de la cage-piège par le piégeur agréé ou un préposé désigné par lui doit avoir lieu dans les quatre heures suivant l’activation de la cage-piège.
a2_une-politique-specifique-preopose
Afin d’informer les piégeurs sur la nécessité de recourir à un expert en cas de doute sur la détermination de l’espèce capturée, le préfet fixe par arrêté annuel la liste des experts référents, formés dans le cadre de la politique de restauration du vison d’Europe, aptes à identifier les espèces de putois (Mustela putorius), vison d’Amérique (Mustela vison) et vison d’Europe (Mustela lutreola).