Un territoire grandissant…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

UN TERRITOIRE GRANDISSANT…

Les premières souches proviennent de spécimens échappés ou libérés par les troupes américaines de l’OTAN présentes en France au début des années 60. Ceci explique le gros noyau présent dans les départements de l’Aisne, de l’Oise et de la Marne. Ils sont maintenant parvenus jusque dans le département du Nord et des Ardennes et s’étendent vers l’Ile de France.

Un autre foyer est apparu en Alsace, certainement à partir d’animaux provenant d’Allemagne et qui s’étend également.

Ailleurs, ils proviennent très souvent de parcs animaliers (comme le chien viverrin), ou de particuliers d’où ils se sont échappés.

C’est certainement le cas en Auvergne et en Gironde où il est en pleine expansion. Dans notre département, il y a eu 43 prises par les piégeurs en 2014/2015, contre 21 en 2013/2014. La première capture a eu lieu il y a une dizaine d’années, voilà où on en est aujourd’hui.

À lire certains articles dans notre quotidien régional, cela semble d’ailleurs en amuser plus d’un, inconscients qu’ils sont du risque sur la biodiversité, voire la santé.

En effet, tout le monde se réjouissait l’été dernier de voir tous les soirs une quinzaine de ratons laveurs venir manger dans un arbre fruitier à Cadaujac.

Et pour couronner le tout, en Gironde il y a deux collectifs anti-chasse et anti-piégeage dont le crédo est la stérilisation et le relâchage ensuite « au loin » ?? Où ? Au milieu des Landes, en Amazonie, ou en Patagonie ? On croit rêver !!

L’expansion a été rapide en Gironde et notre souche est maintenant rendue en Lot et Garonne et en Dordogne.

Pour limiter, retarder, voire empêcher leur expansion et leur prolifération, le piégeage est un bon moyen qui, comme pour le chien viverrin et d’autres espèces, respecte la réglementation nationale.