Le raton laveur, un animal très agile !

A15_Le raton laveur, un animal très agile !


LE RATON LAVEUR, UN ANIMAL TRÈS AGILE

Avant d’en arriver au fait, un peu d’historique sur cette espèce…

Le raton laveur, Procyon lotor (Linné, 1758), est un mammifère omnivore originaire d’Amérique du Nord, facilement reconnaissable au masque noir qui orne son visage et à sa queue annelée.

En 2008, 5 captures par piégeage sont déclarées sur le département de la Gironde (4 captures sur la commune  Saint Médard d’Eyran et 1 capture sur la commune de Gauriaguet). Dix ans après, la population commence à exploser… on compte près d’une centaine de captures pour la saison 2016/2017, sur une aire géographique qui ne cesse d’augmenter!!!

Aux vues de l’expansion d’autres foyers Français, il est surement encore temps d’entreprendre une action de lutte, pour limiter l’expansion du foyer girondin. Pour la  saison cynégétique en cours (2018/2019), de nombreuses collectivités montrent leur implication quant à la régulation de cette espèce, en signant une convention de lutte contre le ragondin, le rat musqué et désormais… le raton laveur ! Ces conventions permettent de motiver les piégeurs locaux à exercer une pression de piégeage plus importante sur le territoire.

Après plusieurs années de spécialisation sur la capture de cette espèce, un piégeur nous à fait part d’une difficulté rencontrée… « lors du relevé quotidien des pièges, il n’est pas rare de retrouver son piège vide, avec un appât qui à disparu à l’intérieur du piège… ».
Après de multiples test, il en ressort que le raton laveur est très malin, et parvient à lever la porte de la cage et à continuer son chemin, après s’être copieusement rempli l’estomac.

Afin d’être le plus efficace possible sur les actions à mener  sur la régulation de cette espèce, des échanges avec les départements touchés par la présence de ratons laveurs ont été organisés.
Suite à ces échanges et rencontres, nous avons récupérer quelques minutes de vidéos, réalisées de nuit à l’aide d’un piège photographique à déclenchement automatique, sur lequel nous voyons clairement l’animal se faire piéger, et, quelques heures plus tard, soulever la porte et quitter le piège.
Afin de limiter l’échec de capture de certains animaux, un système « anti-retour » est en phase d’élaboration.

Nous tenons à remercier la Fédération Départementale des Chasseurs de Haute Loire pour le partage de ces images, et Mélina Ballade pour le montage vidéo.